• C'est Parti ! Et, hélas, tous les coups sont permis...

    C’est parti !

    Et, hélas, tous les coups sont permis...

     


    Plusieurs évènements cette semaine donnent à penser que le rythme de la course à l’Elysée s’est sensiblement accéléré. Enfin du (vrai) suspense ?

    Lundi soir nous apprenions le retrait de Christine Boutin au profit du président sortant. Les « valeurs pour la France » de Nicolas Sarkozy, présentées ce weekend, sur les thèmes de la famille et de la fin de vie ne donnaient plus lieu d’être à la candidature de la présidente du Parti Chrétien Démocrate.

    Hier c’est Hervé Morin qui à jeté l’éponge et lui aussi appelle à voter UMP. Contesté dans son propre camp et crédité de moins de 1% d’intention de vote, il était en effet plus raisonnable d’en rester là s’il ne voulait pas ruiner son Nouveau Centre. Car pour être remboursé de ses frais de campagne, un candidat doit obtenir au moins 5% des suffrages.

    Avec ces deux désistements en sa faveur, le président sortant rassemble la droite. Les principaux électrons libres restants sont Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) et Dominique de Villepin (République Solidaire).

    Et nous avons appris hier soir, avec surprise (sic), la candidature (officielle) de Nicolas Sarkozy. Celle-ci semble promettre plus de rythme à cette campagne jusque là décriée pour son faible niveau.
    De plus le président prône un réel débat d’idées contre la critique des personnes.

    Oh qu’il serait beau d’y croire. Mais hélas le politique d’aujourd’hui est souvent un businessman dirigé par une armée de communicants… Sa parole s’adapte au public qu’il a devant lui et n’engage que ceux qui y croient (voir : Entre l’amour et la haine, il y a…l’Eurostar !).

    Donc cela semble mal parti… D’autant plus quand on voit Jean-François Copé et Nadine Morano s’offusquer des propos de François Hollande sur les Roms, on peut se dire que la mauvaise foi est (et sera) toujours bien présente. Ou encore quand on entend les propos de Christian Vanneste, on peut se demander si Nicolas Sarkozy n’a pas été pris à son propre jeu du virage à droite : Guéant et les civilisations, Sarkozy et ses valeurs… ont conduit à Vanneste et son homophobie.

    Dès lors on comprend qu’il sera difficile de ranger la « petite phrase » au placard. Dans notre société, malheureusement, la défense argumentée et construite de réelles idées est bien trop souvent sacrifiée au profit de l’effet « buzz ». Ce buzz qui consiste à déclencher une tempête médiatique autour d’un thème, d’une phrase ou d’un mot. Cette tempête médiatique va jouer le rôle d’écran de fumée sur de réelles questions de fond. Ce sont alors le débat, la transparence et l’idéal démocratique qui partent en fumée, au profit d’un feu d’artifice de polémiques de cour de récréation. (Voir : « la petite phrase » ce pourfendeur de débats)

    De toute façon c’est à nous, citoyens, de juger. Ne portons pas d’intérêt aux polémiques qui n’en valent pas la peine. Réclamons de vrais débats. Car nous aussi avons un rôle à jouer dans cet espéré débat d’idées. Cela demande un travail d’analyse, mais concentrons nous sur les questions de fond. Ne nous arrêtons pas aux simples effets de communication.

    La campagne est lancée. Suspense.

    Sébastien Leurquin


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :